Comment préparer un entretien d’embauche

© : journaldunet.com

Afin de maximiser vos chances de décrocher le poste que vous convoitez, une bonne préparation de l’entretien d’embauche est essentielle.

Commencez par rassembler le maximum d’informations concernant l’entreprise (activités, effectif, vision et/ou culture…), ainsi que sur le job, vous appréhenderez mieux les enjeux de la fonction visée et ce que le recruteur attend. Vos sources : le site web de l’entreprise, la presse, l’annonce, votre réseau. L’idéal serait de connaître une personne en interne qui pourrait vous renseigner quant aux critères de sélection.

Muni de ces données, affinez votre argumentaire en mettant en avant les points pertinents de votre profil. Décortiquez votre CV pour lister les réalisations, compétences, expériences et qualités qui se rapportent à ce poste spécifique. Prévoyez des exemples concrets (chiffrés de préférence) qui montreront ce que vous pouvez apporter à l’entreprise.

En plus de votre présentation et votre motivation, cette interview est aussi l’occasion de tester certaines de vos compétences, notamment la pratique d’une langue étrangère ou des questions techniques posées par votre futur manager. N’hésitez pas à ressortir vos cahiers pour réviser vos connaissances théoriques.

N’hésitez pas à multiplier les répétitions devant un proche ou devant votre miroir, mais en vous enregistrant. Vous pourrez ainsi vous auto-corriger : débit de la parole, ton, incohérences et erreurs, tics de langage et autres manifestations de votre stress. Si votre parcours est atypique ou que votre Cv comporte des failles, tenez votre réponse prête ; écoutez-vous, votre discours vous semble-t-il clair et convaincant ?

Au cours de l’entretien, la question de la rémunération est toujours un moment délicat. Soyez armé pour la négociation en ayant une idée précise de vos prétentions. Pour cela, effectuez un benchmark du salaire moyen pratiqué pour le poste et/ou le niveau de responsabilité ainsi que l’état du marché. Affûtez vos arguments pour justifier la fourchette que vous avancerez, et fixez-vous un seuil au-delà duquel vous ne baisserez pas.

La veille de l’entretien, tout doit être au point, y compris une copie imprimée de votre CV, un carnet pour prendre des notes, éventuellement votre portfolio, un plan pour votre trajet (n’oubliez pas de calculer le temps de trajet nécessaire pour être certain d’arriver à l’heure), et surtout, choisissez une tenue confortable, propre et repassée.

Et le jour J, en sortant du bureau du recruteur, notez les questions que vous n’aviez pas anticipées, ou auxquelles vous auriez pu mieux répondre. Ce sont autant d’éléments à capitaliser pour la prochaine fois. Et n’oubliez pas de vous préparer aux questions piège

Publicités

Conseils pour déstresser avant un entretien d’embauche

© : stepstone.be

L’entretien d’embauche est presque toujours une épreuve pour tout demandeur d’emploi, car son avenir professionnel se joue peut-être durant cette rencontre. Voici quelques astuces à appliquer avant pour éviter que le stress ne vous joue de mauvais tours et ne vous fasse perdre tous vos moyens.

Ensuite, une bonne préparation est la clé, vous vous sentirez déjà plus en confiance. Préparez-vous notamment à l’auto-présentation, quasiment inévitable pour ouvrir l’entretien. C’est l’occasion d’affiner votre argumentaire, de résumer votre parcours, de lister vos principales réalisations et qualités, de formaliser votre projet professionnel. Préparez-vous également aux questions pièges liées à un parcours atypique ou à une faille dans votre CV.

La nervosité a tendance à accélérer votre débit, alors entraînez-vous devant votre miroir ou un proche. Et avant d’entrer dans le bureau du recruteur, pratiquer la respiration profonde. Inspirez lentement par le nez pendant 3 secondes, puis expirez également durant 3 secondes. Recommencez l’exercice ; au bout de la troisième fois, votre rythme cardiaque sera redescendu, et vous parlerez plus calmement.

En outre, afin de pour contrôler votre tremblement, contractez discrètement vos muscles fessiers ou vos cuisses. De même, pour éviter que votre voix tremblote, durant l’attente, ouvrez la bouche, tirez la langue au maximum et répétez des tirades classiques comme « les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches, ultra-sèches ». Elles ouvriront votre gorge et vous donneront un ton plus assuré. Évidemment, pour vous prêter à ce genre d’exercice, pensez à baisser la voix !

Dès votre arrivée, focalisez votre attention sur des choses concrètes, le bureau, vos différents interlocuteurs, vous laisserez moins d’espace à votre peur.

Enfin, il devient courant de recourir aux services d’un coach personnel spécialisé dans ce type d’accompagnement. Non seulement il vous prépare et vous apprend à travailler votre stress, mais il vous aide à modifier votre vision de l’entretien afin de cesser de le redouter.

Pour aller plus loin et vous préparer au mieux, vous pouvez regarder cette vidéo :

Entretien d’embauche : les faux-pas à éviter

Décrocher un entretien d’embauche en ces temps difficiles n’est pas une tâche aisée, aussi il faut éviter de ruiner vos chances à cause de comportements inadaptés alors que vous aviez le profil idéal. Voici une petite liste des faux-pas à éviter pour éviter de donner une mauvaise première impression.

La politesse est un « must ». Cela commence par la ponctualité, car le temps du recruteur est précieux. En cas d’impondérable (ça arrive !), présentez vos excuses dès votre arrivée ou passez un coup de fil pour prévenir de votre retard. Ensuite, la courtoisie est de mise vis-à-vis de toutes les personnes que vous croiserez aussitôt les portes de l’entreprise franchies, et pas seulement parce que ce sont potentiellement vos futurs collègues. Et n’oubliez pas de bien vous tenir en attendant d’être reçu, toute attitude inconvenante pourrait être reportée au recruteur

Attention aussi au choix des vêtements. Dans le doute, restez classique et optez pour la panoplie chemise-cravate pour les hommes, tailleur pour les femmes. Même pour les entreprises qui ont la réputation d’être décontractées comme les start-ups ou les agences de publicité, surtout si vous serez amenés à être en contact avec les clients, jouez la sobriété. En plus, c’est une marque de sérieux et de respect envers votre interlocuteur. Veillez simplement à porter des habits confortables qui vous aideront à vous sentir à l’aise au cours de l’entrevue.

Et l’attitude ? Ne soyez ni trop arrogant (e), ni trop nerveux (se) et bloqué (e), gardez votre naturel autant que possible. Regardez la personne en face de vous dans les yeux, mais sans insistance, et ne tombez jamais dans l’excès de familiarité même si l’autre vous met à l’aise.

Ne rien savoir de l’entreprise est une autre erreur courante. Pourtant, pour démontrer la parfaite adéquation de votre profil avec les besoins de l’entreprise, il ne suffit pas de lire l’annonce. En plus du poste, vous devez connaître l’entreprise, son activité, les possibles défis du secteur. Internet (notamment le site web de la société) vous en apprendra beaucoup, mais ce serait encore mieux si vous pouviez trouver quelqu’un « de l’intérieur » pour en savoir plus.

Tout entretien commence généralement par l’exercice tant redouté des candidats « parlez-moi de vous » ou « présentez-vous ». Le piège ici est double : soit vous vous mettez à réciter votre CV, soit vous vous épanchez sur votre vie. C’est ici que vous devez montrer votre esprit de synthèse en insistant sur la (les) partie (s) de votre CV qui répond (ent) aux exigences décrites dans l’offre d’emploi.

Et même si vous vous êtes soigneusement préparé (e), e répondez pas trop rapidement ; d’ailleurs, il est préférable de ne pas apprendre vos réponses par cœur, mais de mémoriser seulement les grandes lignes, vous aurez ainsi moins de mal à adapter votre discours à la question formulée et à votre interlocuteur. Et surtout, restez dans le domaine professionnel, n’abordez des sujets personnels que si le recruteur oriente la discussion dans ce sens !

De même, n’avoir aucune question à poser lorsque le recruteur vous invite à le faire peut être perçu comme un manque d’intérêt pour le poste comme pour l’entreprise. Pour autant, évitez de parler de congés, RTT, etc. ! Pourquoi ne pas essayer de mieux comprendre la vision de l’entreprise par exemple, ou sa structure, cela vous permettra de mieux appréhender vos perspectives d’évolution.

Pour la rémunération, attendez que votre interlocuteur y vienne. Fixe, commissions sur ventes (pour un poste de commercial), avantages en nature, demandez des précisions pour pouvoir estimer le total. Le recruteur vous demandera peut-être vos prétentions, soyez prêt avec un montant net, et des arguments !

Pour d’autres conseils pour votre entretien d’embauche, vous pouvez lire cet article.

Entretien : la tenue adéquate

Vous avez répondu à une offre d’emploi et décroché un entretien d’embauche. Cette entrevue est l’une des occasions pour lesquelles votre tenue vestimentaire joue un rôle crucial, et il est essentiel de la sélectionner avec soin.

La règle de base est de porter des habits propres et bien repassés, mais surtout, confortables. En effet, contrairement à une idée reçue, il n’est pas recommandé de venir avec des vêtements que vous n’avez jamais portés, dans lesquels vous risquez de vous sentir mal à l’aise, ce qui vous empêchera d’être naturel et concentré. Des chaussures qui vous font mal aux pieds, un col de chemise qui vous étrangle, ou un pantalon qui tombe, et vous ne serez pas au maximum de vos capacités pour écouter et convaincre.

Chaque secteur d’activité et chaque entreprise a son propre code vestimentaire, parfois formel et strict, parfois plus décontracté. Mais même pour une organisation qui accepte un look casuel au quotidien, ou pour un emploi en back-office qui ne requiert pas de contact avec les clients ou fournisseurs, pour l’entretien, mieux vaut vous montrer sous votre meilleur jour afin de montrer votre respect envers votre interlocuteur ainsi que le sérieux que vous accordez à cette rencontre.

Conclusion, postuler dans la pub par exemple ne vous autorise pas à vous présenter en jean et baskets, d’autant que votre fonction peut vous amener à être contact avec les clients. En revanche, dans la mode, pensez aux accessoires, à condition qu’ils ne soient pas trop extravagants.

Pour un homme, la panoplie costume-chemise-cravate reste le grand classique, que vous postuliez pour un poste de comptable, de commercial, et à fortiori, d’encadrement.

Les femmes bénéficient d’un peu plus de liberté, entre le tailleur-pantalon ou le tailleur-jupe, ou les chaussures à talons ou plates. Dans tous les cas, jouez la carte de la sobriété, ce qui signifie éviter la jupe ultracourte, les hauts transparents, le décolleté plongeant, les talons vertigineux, les accessoires bling-bling et le maquillage excessif. L’objectif de cette rencontre est de mettre en avant vos qualifications et vos compétences, et non vos atouts physiques.

Quand vous êtes devant votre garde-robe, considérez autant le poste que votre interlocuteur. Alors que les ressources humaines considèrent tous les aspects de votre personnalité afin d’évaluer leur adéquation avec le poste, l’entreprise et ses valeurs, les opérationnels par exemple, accordent plus d’importance aux capacités techniques qu’à l’apparence.

En plus de la tenue, adoptez la bonne attitude ; un comportement courtois vis-à-vis du personnel d’accueil de l’entreprise, votre comportement durant le temps d’attente éventuel, la première poignée de main, compteront comme autant de points en votre faveur.

Et rassurez-vous, les recruteurs ne s’arrêtent pas systématiquement à la première impression. En clair, en cas de faux-pas, tout n’est pas perdu ! Vous avez certainement une bonne explication à cette tache sur votre chemise, à ce bouton qui a sauté, à cet uniforme de votre actuel employeur que vous n’avez pas eu le temps de changer… L’important est d’être sincère et de vous justifier immédiatement, ainsi vous pourrez vous en sortir sans trop de mal.

Les conseils pour faire bonne impression lors d’un entretien d’embauche

L’entretien d’embauche est votre première rencontre avec le recruteur, et il est essentiel de produire immédiatement une bonne impression, qui sera généralement celle qui restera. Voici les recommandations de base pour réussir votre entrée.

Le choix de la tenue est primordial. En fonction des secteurs d’activité et des entreprises, le fameux « dress code » peut être plus ou moins formel ou casuel. Si vous le connaissez, adaptez-vous, mais au moindre doute, restez classique. Vous présenter avec des habits propres et repassés, des cheveux bien coiffés, des chaussures cirées est une marque de respect. Dans tous les cas, évitez d’en faire trop : vêtements et accessoires trop voyants ou trop sexy, coiffure excentrique, maquillage outrancier, etc.

L’entretien ne débute pas dans le bureau du recruteur, mais aussitôt que vous passez la porte principale des bureaux. Aussi, faites preuve de courtoisie et de retenue envers le personnel d’accueil (portier, hôtesses) et toutes les personnes avec lesquelles vous serez amenés à parler. Même pour celles que vous ne ferez que croiser dans les couloirs, respectez les règles de savoir-vivre et souriez et/ou saluez, c’est un minimum. Non seulement le recruteur peut s’enquérir de votre comportement auprès des agents d’accueil, mais ce sont potentiellement vos futurs collègues ou supérieurs !

De la même façon, si le recruteur vous accueille dans le hall et vous fait faire un bout de chemin avec lui, accordez la plus grande attention à votre attitude et votre discours, ce sont dans ces moments « informels » aussi qu’il se fait une idée plus précise de votre personnalité par des questions anodines aussi anodines que la facilité avec laquelle vous avez trouvé le chemin. Afin de ne pas commettre d’impair, sans vous montrer froid (e) et distant (e), ne vous épanchez pas inutilement.

À votre arrivée dans le bureau du recruteur, gratifiez-le d’une poignée de main ferme sans lui écraser les doigts, en le regardant dans les yeux, mais sans insistance, et avec le sourire, cela va de soi ! Comme entrée en matière, le rappel de vos nom et prénom, ainsi qu’une simple phrase comme « je suis ravi (e) de vous rencontrer » fait parfaitement l’affaire. Une fois les civilités expédiées, attendez que l’on vous y invite pour prendre un siège.

Enfin, au cours de l’entretien, n’oubliez pas de rester poli, de parler à voix intelligible, et de vous montrer ouvert et sincère !

Réussir son entretien d’embauche

Vous êtes convoqué pour un entretien ? Félicitations, cela signifie que vous avez franchi avec succès la première étape de la sélection des dossiers, et que votre candidature capté l’attention du recruteur. Reste à lui prouver qu’il a eu raison, et que vous êtes la personne idéale pour ce poste, plus que tous les autres postulants.

© : elle.fr/

La première question « Parlez-moi de vous » est déterminante. Pour ne pas vous embrouiller, ayez un fil directeur prêt dans votre tête. Il ne s’agit pas de réciter le contenu de votre CV, mais de résumer votre parcours et vos compétences. Mettez en avant les points essentiels liés au poste visé : missions et compétences-clés, principales réalisations. Appuyez-vous autant que possible sur des exemples, des faits tangibles, des chiffres, sans inventer ou mentir.

Si vous êtes actuellement au chômage, vous aurez certainement à parler des circonstances de votre départ de votre précédent emploi. De même, si vous avez des « trous » ou des écueils dans votre CV, privilégiez une réponse sincère qui montre que vous avez su tirer des leçons et rebondir.

À l’heure où le savoir-être est tout aussi important que le savoir-faire, votre personnalité aussi intéresse le recruteur. Souvent, vous serez amené à citer 3 qualités et 3 défauts ; gardez à l’esprit qu’elles doivent répondre aux exigences du poste. Par exemple, pour un emploi d’infirmier (lien utile), évoquez comme qualités la volonté d’aider autrui, la rigueur, le sens des responsabilités, la patience…

On vous demandera également de justifier votre choix de l’entreprise (en gros, pourquoi vous voulez travailler là, et pas ailleurs ?). Prouvez que vous la connaissez (activité, philosophie) ou que vous avez fait l’effort de vous renseigner, c’est un gage de motivation supplémentaire.

Expliquez de quelle manière vous pouvez contribuer au succès de l’entreprise : augmentation du chiffre d’affaires, développement du marché, réduction des coûts, etc. En plus de convaincre, cela montre la cohérence du poste avec votre plan de carrière, ou avec votre projet professionnel en cas de reconversion.

La question des prétentions salariales aussi sera abordée. Ayez un chiffre en tête, et les arguments qui justifient votre requête. Conseil : mieux vaut raisonner en net plutôt qu’en brut, et prévoir les avantages en nature. Consulter les sites de recherche d’emploi pour vous donner une idée de ce qui se pratique sur le marché.

L’entretien est aussi l’occasion pour vous de poser des questions pertinentes, pas seulement de répondre ! C’est autant une manifestation de votre intérêt que le moyen pour vous de confronter la réalité aux informations dont vous disposiez, et de savoir si le poste vous convient bien.

Le fond n’est pas tout, la forme a aussi son rôle à jouer, puisqu’il s’agit aussi de séduire. Votre apparence est donc cruciale : optez pour des vêtements propres, repassés, sobres et formels. Le domaine créatif peut faire exception, si le « dress code » est à l’originalité et la casualité, si vous êtes certain que montrer votre connaissance de la culture de l’entreprise peut représenter un atout.

Votre attitude aussi sera décortiquée. La politesse et la tenue sont évidemment indispensables. Mais surtout, montrez votre enthousiasme et votre motivation dans vos paroles, votre ton comme tous vos mouvements. Le langage verbal est très révélateur, attention au message que vous passez !

En complément, il est recommandé de participer à un atelier de préparation à l’entretien d’embauche au cours duquel vous travaillerez sur la réponse aux questions classiques, et effectuerez des exercices pratiques approfondis ainsi que des simulations. Parfois filmés, ces jeux de rôle vous permettront de déceler vos axes d’amélioration. Cet exercice, qui vous prendra une demi-journée, vous sera d’une aide précieuse quand vous serez en situation.