Lettre de motivation : les pièges à éviter

Pour toute recherche d’emploi, le CV et la lettre de motivation sont les documents incontournables pour présenter votre candidature. Pour la lettre en particulier, si de nombreux, tout autant que de savoir quoi faire pour rédiger une missive percutante qui contribuera à vous mener à l’entretien, il est tout aussi important de connaître les pièges à éviter.

La longueur excessive est un premier écueil. D’une part, le recruteur ne consacre qu’une ou deux minutes à sa lecture, et mettre directement à la poubelle toute missive qui le mobiliserait trop longtemps. Par ailleurs, en vous forçant à « couper », vous vous forcerez à faire le point sur vos atouts, à écrire des phrases courtes et percutantes, qui vont droit au but, et à démontrer votre esprit de synthèse. Moins vous en ferez, plus vous prenez de risque de vous embrouiller ; aussi, ne dépassez pas la page, deux au maximum si vous avez un parcours riche avec plusieurs expériences pertinentes par rapport au job visé.

Mais la brièveté aussi est déconseillée, notamment pour l’envoi d’une candidature par mail. Trop de candidats se cantonnent au minimum, en oubliant d’être accrocheurs. Sans faire trop de formalisme, il est important de conserver les arguments convaincants d’une lettre « papier » classique.

Toujours dans la forme, gardez à l’esprit la clarté du texte pour optimiser la facilité et le confort de lecture. Évitez par conséquent les « pavés » informes, les polices de caractère fantaisistes impossibles à déchiffrer, et limitez autant que possible l’usage des couleurs, des majuscules, du gras, de l’italique… Privilégiez la sobriété et la lisibilité que le destinataire imprime votre lettre ou l’affiche sur son écran.

Attention également aux lettres standards qui créent des risques de confusion. En effet, lorsque vous dupliquez la même missive pour plusieurs destinataires, le risque est grand de se tromper dans les noms de personne, les activités, les visions, etc. De plus, impossible de développer des arguments qui montrent que vous avez pris le temps de vous renseigner sur chaque entreprise, et encore moins en quoi votre projet professionnel cadre avec son offre.

Dans le contenu, limitez l’utilisation du jargon de votre métier ou d’une formation. Si vos abréviations, anglicismes et autres acronymes parlent à des spécialistes, n’oubliez pas que votre lettre commencera très probablement entre les mains du DRH ou des consultants d’un cabinet de recrutement, qui eux, n’y comprendront rien ! Vous devez donc de leur faciliter le travail.

Autre danger, les tournures des phrases négatives. Utilisez exclusivement des verbes actifs et un vocabulaire positif. Même si vous avez des défauts ou subi des revers, montrez que vous avez rebondi ; et pour justifier de quitter votre poste actuel, parlez de relever d’autres défis ou de renforcer votre savoir-faire, mais surtout ne dénigrez pas votre employeur ou votre position.

Et par-dessus tout, les missives truffées de fautes sont un motif de disqualification. Alors, prenez toujours le temps de vous relire, ou de le faire faire par une autre personne pour avoir un regard neuf, plus efficace pour traquer les fautes d’orthographe et de syntaxe, ainsi que les incohérences éventuelles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s